PUBLICATIONS

I. LA DANSE DES AFFRANCHIES
Edité en 2018 aux éditions Lansman, coll. Théâtre à Vif.
En juin 2017, La danse des affranchies a été choisi dans le cadre du concours Textes-en-Scènes, initié par la SSA et Pro Helvetia. La pièce a été créée au Théâtre Saint-Gervais à Genève en mai 2018.

Présentation : Dounia, qui vit en Suisse, est de retour dans son pays d'origine pour l'enterrement de son père et l'ouverture du testament. Presque tous les proches sont au rendez-vous, sauf son frère qui n'a pas trouvé le temps de se déplacer. Dehors, le printemps arabe a débuté et l'insurrection contre Ben Ali bat son plein ; dedans, la famille franco-tunisienne est sur le point d'imploser car la parole se libère enfin.

Commentaire de l'éditeur :
Nous avions déjà entendu parler de Latifa Djerbi par nos collègues suisses mais nous n'avions jamais vu un de ses spectacles. Lorsque nous avons reçu son manuscrit, nous avons compris que sa réputation de "forte personnalité" n'était pas usurpée. En nous racontant cette histoire d'une famille tunisienne regroupée au pays pour l'enterrement du père alors que la révolution gronde, elle dresse une sorte de portrait de société qui nous aide à mieux comprendre les événements qui se sont passés dans ce pays. Mais au-delà du contexte, ses personnages sont attachants et si elle leur attribue une langue parfois d'une verdeur à faire rougir une armée de fantassins, elle leur réserve aussi des moments de tendresse et d'émotion qui nous ont beaucoup touchés.

Disponible à la traduction en toute langue.
A conseiller au collège... sous réserve d'acceptation d'une langue qui peut parfois heurter les lecteurs non avertis.


II. BASTA, C’EST ARABE
Edité en 2018 à L’Avant-Scène Théâtre, coll. Des Quatre Vents.

Présentation du livre :
Six pièces courtes : Marine Bachelot Nguyen, Lucille Calmel, Marie Dilasser, Latifa Djerbi, Céline Milliat-Baumgartner, Natacha de Poncharra Pour cette quatrième édition des Intrépides, six auteures ont composé une pièce courte autour du thème : « Basta ! » Issues du monde des lettres et du spectacle, elles expriment, à travers des histoires au ton décalé, comique ou grave, une envie irrépressible d’en finir avec la domination masculine, la malédiction de naître fille, ou encore une naïveté maladive…

Le projet Les Intrépides 2018 est porté par la SACD française et bénéficie également du soutien de la SACD en Belgique, de la Société Suisse des Auteurs (SSA) et de la Sélection Suisse des Auteurs en Avignon.
Les lectures ont eu lieu le 13.07.18 au Festival d’Avignon et le 11.11.18 au Théâtre du Grütli (GE).

Présentation de la Sélection suisse en Avignon :
Passer commande à six auteures d’un texte sur un même sujet. Les inviter ensuite à partager ces inédits dans une proposition scénique commune, à mi-chemin entre la lecture et le spectacle. Tel est le principe des Intrépides, imaginées par la SACD – Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. Reprenant le flambeau de Julie Gilbert, c’est au tour de Latifa Djerbi de porter haut les couleurs helvétiques au sein de cette aventure, humaine, artistique et politique.
Basta ! On ne pouvait souhaiter sujet plus approprié pour l’écriture, vivante et vivifiante, de Latifa Djerbi. Dans ses pièces, l’auteure – également comédienne – piétine les bons sentiments et dynamite les faux-semblants. Ruant joyeusement dans les brancards, elle place dans la bouche de ses personnages des vérités sans fard. Des réalités conventionnellement tues, que sa position de Franco-Tuniso-Suisse lui permet d’exprimer en toute légitimité. Militants, ses textes n’en sont pas moins intimes. Jouant de l’autodérision comme de l’autofiction, ils se fraient un chemin émouvant et singulier vers les questions universelles de l’identité et de la liberté.

Présentations officielles
www.sacd.fr/avignon-2018-les-intrepides
www.selectionsuisse.ch/fr/programmation-2018/lesintrepides-22